Voici quelques élements pour aborder la langue chinoise que vous retrouvez sur le site :

http://www.chine-culture.com/chinois/chinois.php

mais si vous voulez pratiquer à l'oral ,rien de mieux que de vous inscrire au cours de conversation le lundi soir 18h30 à 19h30 ,salle Rottembourg à Montgeron.

Pour les details et l'inscription consultez la page "Cours de conversation chinoise"

 

La langue chinoise

La langue chinoise 汉语 hànyǔ, désigne la langue parlée par la minorité chinoise Han. Elle fait partie du groupe sino-tibétain. C'est une langue analytique (ou isolante), c'est-à-dire qu'elle est, en typologie morphologique, une langue dans laquelle les mots sont ou ont tendance à être invariables. Le chinois est une langue à tons : chaque syllabe est accentuée. Ainsi, en chinois, la syllabe « ma » peut avoir le sens de « maman », « cheval », « chanvre », « insulter » ou être une particule de syntaxe suivant son intonation.

L'unité de base de l'écriture chinoise est le caractère appelé sinogramme. Chaque caractère chinois correspond à une syllabe. Un mot est généralement composé d'une ou deux syllabes.

D'une manière générale, le chinois désigne la langue basée sur le dialecte de Chine du nord, avec la prononciation de Beijing et la grammaire des œuvres littéraires en langue parlée (白话 báihuà). Il faut noter qu'il y a certaines différences de prononciation entre le chinois de Chine continentale, de l'île de Taiwan et le chinois de Singapour.

Au niveau de l'oral, les différences entre les différents dialectes chinois sont assez grandes, un peu comme les langues romanes (français, italien, roumain, espagnol, etc.) C'est pour cette raison que bon nombre de linguistes occidentaux considèrent les différents dialectes chinois comme une famille linguistique. Mais du point de vue de l'écriture chinoise, de ses utilisateurs (les chinois Han), de la politique et de l'unité de culture, la plupart des experts chinois considèrent la langue chinoise comme une seule langue. En Chine continentale et sur l'île de Taiwan, le chinois standard (mandarin) est la langue commune. Pour Hong Kong et Macao, c'est le cantonais 粤语 yuèyǔ. Les chinois de la diaspora utilisent le cantonais comme langue commune, mais ils utilisent aussi le chinois mandarin, le Hakka, le Minnan et d'autres dialectes comme langues de communication locale.

Le chinois est une langue au système d'écriture idéographique. L'écriture chinoise est maintenant bien unifiée et codifiée, de même que la grammaire. Un élément graphique dans un sinogramme peut donner une indication sur la prononciation du caractère, mais cette indication n'est pas précise. Beaucoup de caractères n'ont pas d'élément phonétique. Au cours de la très longue histoire chinoise, la prononciation des sinogrammes a subi de grandes évolutions. C’est ainsi que nous avons maintenant de si grandes différences orales entre les dialectes chinois. Mais le chinois littéraire étant standardisé, il a réduit le problème de communication à l'écrit.

Avant le mouvement de la littérature écrite en langue parlée 白话 báihuà, la langue littéraire chinoise était la Langue Classique 文言 wényán. Cette langue écrite est basée sur les œuvres littéraires d'avant l'unification de la Chine par le Premier Empereur en -221. Après le mouvement de la littérature en langue parlée, la langue littéraire, nommée Baihua, est fondée sur le dialecte oral des fonctionnaires du nord du pays. La Langue Classique n'est maintenant pratiquement plus utilisée, réduite souvent à des expressions figées, des proverbes, etc.

 

 

Les styles de calligraphie chinoise,l'écriture...

L’origine des caractères chinois remonte à plus de trois mille ans, à la dynastie des Shang (ou Yin ). Nous connaissons l’écriture de cette époque par des inscriptions divinatoires gravées sur des os et des carapaces de tortue : il s’agit du Jia Gu Wen . Plus de cinq mille signes ont été répertoriés mais le sens de beaucoup d’entre eux reste encore incertain ou totalement inconnu. Ils sont pourtant les ancêtres directs des caractères chinois actuels. Découverts le siècle dernier, ils ne sont pas un style de calligraphie chinoise traditionnelle, mais certains calligraphes se plaisent aussi à les utiliser.

Caractère Dragon en Jaiguwen

Par contre, l’écriture que l’on retrouve sur les bronzes (jinwen) de la dynastie suivante, les Zhou, n’a jamais disparu. Son style de calligraphie est appelé « écriture sigillaire » (zhuanshu ). On distingue le grand sigillaire (dazhuan) et le petit sigillaire (xiaozhuan). Le grand sigillaire regroupe différentes écritures (dont certains caractères Jia Gu Wen qui avaient été préservés) utilisés avant la création de l’empire par le Premier Empereur en 221 avant notre ère. À partir de cette date, la politique d’unfication s’étend aussi à l’écriture. Un seul style de calligraphie chinoise est préservé qui sera appelé le petit sigillaire.

Caractère Dragon en Jinwen Caractère Dragon en Petit sigillaire

Après la création de l’empire un nouveau style de calligraphie chinoise apparaît : l’écriture officielle ou « des scribes » (lishu). Plus simple que les caractères sigillaires, elle s’écrit plus vite et est donc très appréciée pour l’administration. Les signes sont très proches des sinogrammes actuels et tous les chinois sont capables de les lire ce qui n’est pas toujours le cas pour le sigillaire et encore moins pour le Jia Gu Wen.

Caractère Dragon en Lishu

Sous les Han, au troisième siècle de notre ère apparaît un nouveau style de calligraphie chinoise, plus élégant appelé « régulier » (kaishu). Obéissant à des règles très strictes il se caractérise par un tracé plus doux et une grande stabilité. C’est le style « normal », celui que les jeunes chinois apprennent à écrire.

Caractère Dragon en Style Régulier Kaishu

Toujours sous les Han, une légère déformation du style régulier donne naissance à un nouveau style de calligraphie chinoise : le style « courant » ou « usuel » (xingshu). Comme son nom l’indique, c’est une version cursive du style régulier qui permet d’écrire plus vite tout en restant facilement lisible. C’est un style calligraphique à part entière.

Caractère Dragon en Style Régulier Kaishu

Le style de « l’herbe » (caoshu ) est très ramifié. Il se distingue par une écriture liée, très libre (elle dépasse souvent le carré imaginaire) et difficilement lisible. Les variantes sont très nombreuses.