La définition du mot “Crise” en chinois

Le mot CRISE est composé de deux caractères. Le premier caractère « danger » représente un homme au bord d’un précipice. Le second, souvent associé au vocabulaire des machines, signifie opportunité / chance lorsqu’il est associé à La sémantique chinoise est dans ce cas plus positive en évoquant le caractère favorable que peut représenter une crise pour une organisation.

Crise

cara

Wēi jī signifie "crise" en chinois et est un terme auquel on fait souvent référence dans le monde occidental. Généralement le nom chinois n'est pas cité et les personnes mentionnant le terme ne connaissent rien au chinois.
Elles affirment pourtant en règle générale que le mot est composé de deux caractères signifiant danger et opportunité*.
Alors que wēi veut bien dire danger, jī** signifie en premier lieu "moment décisif" (sans jugement positif ou négatif) et il convient de préciser 机会 jī huì pour obtenir le sens "chance".
La crise est donc surtout le moment décisif dangereux, quand tout risque de basculer du mauvais côté...

Crise en chinois signifie : chance à prendre !

Jean-Luc Watine (chroniqueur exclusif) - Spécialiste dans l'optimisation du statut du dirigeant s'exprime ainsi :

« Le terme de crise en chinois provient de l'association de deux notions : danger et opportunité. Mais contrairement aux idées reçues, cela ne signifie pas du tout qu’il y a antinomie entre ces deux éléments. Apparemment contradictoires en français, ils sont complémentaires et s’enrichissent l’un l’autre en langue chinoise.

Danger correspond à deux idéogrammes et non d'un seul : wei xan. Wei signifie à lui seul suspendu. Xan contextualise cette suspension et donne la pleine signification du danger.

Opportunité vient de l'association de deux signes ji hui. Ji signifie chance et hui signifie réunir.

La confrontation de ces deux notions devient plus parlante et plus dynamique : elle montre l'opportunité qu'induit la crise. La chance suspendue est possible (déjà la chance) mais aussi susceptible de chuter. La situation de crise reste ambiguë, protéiforme, changeante, instable, c'est le fameux brouillard dont parlait Clausewitz à propos de la guerre. 

La relation est faite de vide et de plein (le vide étant aussi important, si ce n'est plus que le plein dans la culture chinoise, en particulier dans l'art pictural).

La démarche opportuniste à adopter face à la crise devient claire et prend tout son sens : il s'agit de savoir jouer avec ce que l'on sait, ce qui nous est donné à voir (le plein), mais aussi avec ce que nous ne voyons pas (le vide). »

Et il poursuit et là ,il s'adresse aux entrepreneurs :

« En effet, ne pas tenter de saisir l'opportunité de la crise, c'est tout simplement laisser passer sa chance, peut être cachée, mais à portée de main, et ne plus entreprendre... Entrepreneurs, sachez oser, prenez la chance qui s’offre à vous, le moment est propice, les idéogrammes chinois vous le confirment explicitement ! »